Médiumnité et Spiritualité

Médiumnité et rapport au sacré

Par le prisme de la médiumnité, c’est à la fois à la mort, aux vivants, et aux liens qui les unissent que je perçois le monde.
La médiumnité est un pont privilégié avec le sacré, et de ce fait se doit d’être abordée avec la plus grande délicatesse.

Dans mes pratiques et rituels quotidiens, la méditation fait partie des incontournables.

La pratique de la méditation

the-stones-263661_1920

Pour moi la méditation apporte paix, calme et réconfort. Méditer est le préalable indispensable à toute bonne pratique, et travail spirituel.
Pourquoi me direz-vous ? et bien pour plusieurs choses :

La première, et certainement l’une des plus importantes, l’enracinement.

Prendre refuge ! Le travail sur l’enracinement permet avant tout une reconnexion particulière de l’individu, à la terre. L’une des techniques les plus pratiquées et des plus confortables est certainement le travail respiratoire. Focaliser sont attention sur sa respiration, et ses conséquences, visualiser son action. Retrouver le calme, se recentrer sur soi même.

La seconde, l’apaisement et la redécouverte du calme.

Dans des environnements urbains comme les nôtres, les grandes villes (et la je pense à toutes les mégalopoles qu’il m’a été donné de découvrir à travers le monde) sont loin d’être propices à la méditation et ses bienfaits. Savoir bien méditer c’est savoir mieux respirer , mieux se détendre afin de se prémunir d’agressions extérieures telles le bruit.

La troisième, la canalisation.

Focaliser sont attention sur la respiration ou sur la visualisation d’un objet, permet à l’esprit de s’éclaircir.. De nombreux travaux très actuels démontrent l’activation de zones cérébrales des plus surprenantes. On a noté sur les pratiquants réguliers (en moyenne 30 minutes par jours) des améliorations dans la partie du cerveau impliqué à l’autorégulation : le cortex cingulaire intérieur.
Cette pratique améliorerait l’humeur, le stress et optimiserait le contrôle de soi.
Les chercheurs de l’hôpital général du Massachusetts de Boston (USA) ont récemment démontré une modification dans le fonctionnement de l’amygdale, une zone du cerveau impliqué directement dans le contrôle des émotions et plus particulièrement dans celle associée à la peur, l’aversion et l’anxiété.

Des liens étroits avec le bouddhisme

image-1807518_1920Bouddhisme et spiritualité ou l’aventure intérieure…
La réalité de la souffrance est la base de l’enseignement de Bouddha.
Cette façon de voir les choses, peut utilement contribuer à nôtre compréhension et nôtre altruisme, envers les personnes traversant des épisodes de vie douloureux.